Actualité

“Customer first et non technology first”

L’expert en tendances et directeur de l’Avant Guide Institute Daniel Levine s’est rendu à Bruxelles afin de se projeter dans l’avenir avec les plus de 1 350 participants au UBA Trends Day. Sparkle a eu l’opportunité de poser quelques questions à cet homme, surnommé « the ultimate guru of cool » par CNN.

 

Quelles sont les tendances actuelles ?

 « Nous sommes en évolution permanente. Mais la technologie exerce désormais une influence considérable sur ce plan. Tout change à une allure effrénée. Et cette vitesse ne cesse d’augmenter, mais nous adorons cela ».

« Quand Amazon permet la commande en un seul clic (« One Click Ordering »), Domino’s ne met pas bien longtemps à proposer le « Zero Click Ordering ». Cela dit, je perçois deux mouvances importantes ayant beaucoup en commun. Je les ai baptisées la « robot revolution » et l’« augmented humanity ». Les robots sont omniprésents. Ils offrent toujours plus de possibilités et ne cessent d’apprendre. Cette « robot revolution » ne se limite pas à l’industrie et au marketing. Elle se manifeste dans tous les secteurs, notamment via une osmose grandissante entre notre corps et la technologie. Nous avons toujours « complété » notre corps. Et aujourd’hui, nous assistons surtout à une « augmentation » radicale de nos sens. »

 

De nos jours, de nombreux ouvriers non qualifiés se retrouvent sur le banc de touche ?

« Dans toute révolution, il y a des gagnants et des perdants. »

« Quand il voit les camions autonomes de Tesla, le chauffeur poids lourd se sent à juste titre menacé. Mais les êtres humains sont flexibles. La prochaine génération n’optera tout simplement plus pour une formation de camionneur. J’y vois de nombreux parallèles avec la chute du communisme en Europe de l’Est. Ceux qui ont grandi durant la période communiste ont éprouvé des difficultés à s’adapter. Les générations nées après la chute du Mur, quant à elles, n’ont eu aucun problème. »

 

Comment une entreprise peut-elle repérer une nouvelle technologie prometteuse ?

« Il faut se poser les bonnes questions. Comment cette innovation peut-elle faciliter la vie de nos clients ? Comment nos clients voientils cette nouvelle technologie ? L’important, c’est « customer first », et non « technology first » ! »

« Quels que soient les changements autour de nous, nous sommes et restons des êtres humains avec les mêmes besoins fondamentaux. Et nous utilisons de nouvelles technologies pour répondre à ces besoins. Regardez ce qu’il se passe aujourd’hui. L’UBA aurait parfaitement pu organiser son Trends Day en ligne. Mais les gens aiment se rencontrer. Cela donne un sens à ce type d’événement. En tant qu’êtres humains, nous serons toujours en quête de telles expériences . »

 

Y voyez-vous aussi des dangers ?

« Je suis très optimiste de nature. Mais je constate que la McDonaldisation croissante de notre culture tend à ‘uniformiser’ le monde. »

« Cela présente, certes, des avantages pour les gens qui voyagent beaucoup comme moi. Aujourd’hui, j’utilise la même technologie partout sans problème : Google Maps, Uber,… Mais en même temps, cela nous appauvrit aussi. J’aspire parfois à une approche plus locale. Bizarrement, j’en apprends davantage sur les cultures et les gens durant mes voyages d’affaires que lors de mes vacances en famille. En tant qu’homme d’affaires et conférencier, je rencontre plus de gens. En tant que touriste, je débarque dans une industrie du service où les contacts authentiques et personnels se font rares. J’estime en outre que la protection de la vie privée mérite une attention particulière. À la maison, j’ai arrêté d’utiliser Alexa car je suis très préoccupé par le traitement de mes données privées. J’aime la façon dont l’Europe prend l’initiative dans le cadre de la législation RGPD. »

 

Avez-vous des conseils pour le marketeer belge ?

« Ne vous laissez pas impressionner par la technologie. Ne sautez pas sur chaque tendance qui passe. »

Consultez wikitrend.org, prenez un exemple et voyez avec votre équipe ce que vous pouvez en faire dans votre domaine. En gardant le client comme point de référence. Comment pouvons-nous faciliter la vie de notre client par ce biais ? Mais ne tardez pas trop. Gardez à l’esprit que les attentes de votre consommateur ne sont pas dictées par votre secteur mais par tout ce qui se passe. Si des robots émergent dans le monde médical, la logistique et les services hôteliers, vous pouvez être certain qu’ils se manifesteront aussi dans votre secteur. Ou qu’ils y sont déjà. Il en va de même pour la RA (réalité augmentée) et l’IA (intelligence artificielle). D’ici trois ans, bon nombre des applications d’« augmented humanity » qui semblent aujourd’hui relever de la science-fiction seront totalement ancrées dans les mentalités. »

 

Envie de lire plus sur les tendances technologiques dans le secteur marketing ? Lisez la version intégrale du Sparkle #9 ici.

bpost Media
bpost Media