Direct Mail

Les clés d’un mailing de rappel efficace

30/09/2015

L’envoi d’un rappel après un mailing principal peut sérieusement booster votre campagne. Que vous recouriez pour cela à un e-mail ou au direct mail, notre principal conseil est toujours le même : restez simple !

 

1 Soyez bref
Un mailing de rappel a pour but de rappeler à votre client ou prospect quelque chose qu’il sait déjà mais
qu’il a peut-être oublié. Logique, direz-vous. Il s’agit également d’une deuxième opportunité d’attirer son
attention sur l’essentiel : votre offre. Soyez donc concis, clair et direct.
En résumé : supprimez tout ce qui s’écarte de l’essentiel.
Le client ou le prospect doit directement comprendre pourquoi il reçoit ce rappel et ce qu’il doit faire.

 

2 Mettez l’appel à l’action au centre de l’attention
On n’insistera jamais assez sur le fait, évident, que la fonction du contenu est d’inciter immédiatement
à l’action. Allez droit au but. En d’autres termes, exposez directement votre offre et associez-la immédiatement
à l’appel à l’action. Au diable les introductions qui n’en finissent pas.
Veillez bien sûr aussi à ce que votre appel à l’action reçoive toute l’attention nécessaire et soit compréhensible
en un coup d’œil. Simplicité, clarté et évidence sont les maîtres mots.

 

3 Veillez à ce que le support soit « scannable »
Que vous optiez pour une lettre, une carte postale ou un e-mail de rappel, faites en sorte que le contenu
soit « scannable ». Concrètement, cela signifie que le gros titre, le sous-titre et l’appel à l’action doivent
tout de suite sauter aux yeux et que le message complet doit s’y retrouver, à savoir « pourquoi est-ce que
je reçois cette offre et que dois-je faire ? ».

 

4 N’insistez pas
Personne n’aime l’insistance : un texte trop promotionnel, des phrases entières en majuscules,
une flopée de points d’exclamation, etc. Mais il est toutefois intelligent de susciter un sentiment
d’urgence dans votre texte. Personnellement, je trouve particulièrement irritant qu’un appel à l’action
me demande de « vite » faire quelque chose. Si vous me dites qu’il serait préférable que j’agisse
« maintenant », alors vous aurez toute mon attention. L’urgence va de pair avec la rareté :
personne ne veut ce qui est disponible en abondance, mais tout le monde veut ce qui est rare.

 

5 Personnalisez
Si vous êtes en mesure de personnaliser votre rappel, jouez cet atout sans hésiter.
En donnant le sentiment que votre offre est personnelle, vous augmenterez immédiatement
le niveau d’attention.

 

6 Pensez aux premières secondes de contact
Que lit d’abord votre client ou prospect ? Dans le cas d’un direct mail, il s’agit de l’enveloppe,
pour une carte postale, il peut s’agir du gros titre sur la face illustrée ou de celui sur la face contenant
le texte, tandis que dans le cas d’un e-mail, c’est la ligne d’objet. Les premières secondes sont essentielles.
Si vous ne les exploitez pas, vous aurez probablement raté le coche.
Rédigez au moins dix versions et laissez s’exprimer le psychologue qui est en vous : pesez le pour et le contre
du passage susceptible de motiver votre client ou prospect, voire de le toucher droit au cœur.
L’idéal, c’est de faire un test, bien entendu.

 

7 Définissez le timing idéal
Il n’y a pas de règle fixe quant au meilleur moment pour envoyer un rappel.
Tout dépend de votre concept de campagne, de votre groupe cible et bien entendu aussi de la donnée pratique qu’est la durée effective dont vous disposez pour déployer votre campagne. Alors que pour une invitation,
le délai idéal peut être de deux semaines, un délai de trois jours peut s’avérer une bonne idée dans le cas d’une promotion à court terme.

Guest Blogger

D'autres Cas :

Recourez aux coupons et 4 d’autres manières d’optimiser votre conversion

...
Continuer à lire

5 manières créatives de générer du trafic en ligne via le In-Home Advertising

...
Continuer à lire

Astuces pour réussir le cross-selling et upselling via le Direct Mail

...
Continuer à lire
Tous nos Cas